Interpellation des parlementaires de la Réunion

Interpellation des parlementaires de la Réunion

Peut-on encore voter pour vous ?



Objet : Interpellation des parlementaires de la Réunion

Peut-on encore voter pour vous ?

Dans la nuit du vendredi 31 juillet au samedi 1er août, dans un hémicycle quasiment vide, sous couvert d’une procédure d’urgence et profitant de la distraction des vacances scolaires, le gouvernement de Mr Macron a manœuvré sournoisement pour faire adopter par l’Assemblée Nationale une deuxième version de son projet de loi bioéthique.
Ce projet est un abominable scandale, un scandale qui franchit tant de lignes rouges, qui bafoue tant de principes essentiels de notre démocratie, qui méprise si frontalement les consciences, qu’il nous oblige à vous demander, parlementaires de la Réunion, de vous y opposer aujourd’hui. Le scandale est trop grave, les dérives sont trop énormes, les injustices trop flagrantes. Si vous persévérez à soutenir ce projet, nous aurons en tant que chrétiens, le devoir moral de nous opposer à votre réélection.  

Scandale politique d’abord. Comme chacun sait, votre responsabilité d’élus est d’arbitrer les priorités, de hiérarchiser la multiplicité des demandes en fonction du bien commun de toute la société. Vous le savez bien, la situation économique de notre pays est difficile, les demandes d’aides sociales explosent, les Gilets Jaunes ont exprimé la souffrance d’une majorité de nos concitoyens qui triment et galèrent en silence. Vous dites à cette majorité qu’il n’y a pas assez d’argent pour l’hôpital, qu’on ne peut pas faire plus de places dans les EPHAD, qu’on ne peut pas embaucher plus de personnels hospitaliers, que l’on doit même dérembourser des médicaments traitant la maladie d’Alzheimer… mais vous trouvez des financements pour tous les couples de femmes qui désirent des enfants ! Il ne s’agit pas de juger ici leurs désirs, il s’agit simplement de souligner une injustice scandaleuse ! Il n’y a plus d’argent pour répondre à la souffrance des uns mais on en trouve pour financer les désirs des autres. Comment osez-vous choisir de dépenser entre 10 et 15 millions d’euros par an pour quelques milliers de couples homosexuels, alors que le pays est exsangue et l’hôpital public au bord du gouffre ? Non, derrière ce gouvernement vous choisissez de satisfaire les intérêts d’une minorité bruyante plutôt que de servir les pauvres silencieux. C’est une honte que tous les défenseurs des plus démunis doivent dénoncer !  

Scandale écologique ensuite. L’humanité n’a jamais été aussi consciente des dangers qu’implique la course en avant des biotechnologies. Avec raison, vous invoquez le principe de précaution pour protéger les abeilles, pour refuser les OGM, pour sanctuariser certains territoires mais vous ne l’appliquez pas pour nos propres enfants ! Cette loi laisse les grands groupes industriels utiliser des embryons humains comme des rats de laboratoires ! Vous leur permettez de créer des chimères, des êtres moitié-homme moitié animal en mélangeant des cellules souches humaines avec des cellules souches animales ! Vous les laissez manipuler nos bébés comme de la viande ! Madame Dindar, vous appelez à ce que cesse la souffrance animale mais vous soutenez une loi qui autorise les manipulations et destructions des plus petits de notre propre espèce ! Cette loi laisse les riches et les puissants détruire la nature en courant derrière leurs fantasmes de toute puissance et d’argent. C’est une honte que tous les défenseurs de la nature doivent dénoncer !  

Scandale éthique enfin. Avec ce projet de loi, certains d’entre vous veulent faciliter encore cette monstruosité législative qui permet à une femme d’avorter son enfant jusqu’à la veille de sa naissance. Vous voulez permettre à une mère d’avorter son enfant, sans aucune limite de durée de grossesse, e si l’on s’aperçoit qu’il a une caractéristique génétique indésirable ou bien que cela peut « entrainer une détresse psycho-sociale ». Ne comprenez-vous pas que cela revient à considérer que la vie d’une personne handicapée à moins de valeur que celle des autres ? Que cela revient à traiter les fœtus humains comme des choses sans valeur ? Vous favorisez une discrimination prénatale entre les personnes porteuses de handicap et les autres, et vous osez parler d’une loi très équilibrée. Hypocrites ! Vous renforcez encore la culture eugéniste qui nous envahit ! Vous mettez en place une société qui trie ses enfants sur des critères génétiques, comme le firent les pires idéologies aux heures les plus sombres de notre histoire. Vous inscrivez dans la loi le mépris de toutes les personnes porteuses de handicap ! Et vous le savez ! C’est une honte que tous les défenseurs des plus faibles doivent dénoncer !  

En réalité, ce projet de loi ultra libéral met en œuvre une vision individualiste et matérialiste de l’existence humaine. En réalité, ce projet entérine un scandaleux mépris des plus faibles qui sont livrés à eux-mêmes et abandonnés par la société plutôt que soutenus et défendus par elle. En réalité, cette loi exprime une fois encore l’obstination idéologique incroyable dont le président de la République nous fait si souvent la prodigieuse démonstration et contre laquelle il faut résister. C’est notre devoir moral de nous y opposer. C’est votre responsabilité de parlementaires d’empêcher ce gouvernement de servir les intérêts délirants du lobby pharmaceutique, de piétiner la démocratie, de faire voter en catimini la dissolution de la filiation, la discrimination des personnes en situation de handicap, le mépris du bon sens écologique, la chosification de l’enfant (réduit un objet de droit), l’effacement juridique du père, et tant d’autres scandales.

Dans une première version de ce pamphlet qui a circulé sur les réseaux sociaux, j’ai accusé tous les parlementaires réunionnais de complicité ou de passivité à l’égard de cet abominable projet. Je m’étais mal informé. Mme Nathalie Bassire et Mr David Lorion ont œuvré et œuvrent encore courageusement pour s’y opposer. Je leur présente donc ici et publiquement mes plus sincères excuses et mon plus fraternel soutien. En revanche, pour tous les autres parlementaires de notre île, la réponse à la question contenue dans le titre est malheureusement claire. S’ils ne s’opposent pas cette loi monstrueuse, nous ne pourrons plus jamais voter pour eux.


Fr. Clément Binachon, op
Dominicain à la Réunion

Posté le : 25/08/2020

‹ First  < 97 98 99
  • Commission régionale du patrimoine et sites

    Commission régionale du patrimoine et sites

    lire
  • La Semaine de la solidarité internationale

    La Semaine de la solidarité internationale

    lire